Les aberrances thérapeutiques

aberrances_thérapie_posture

Article écrit par
Jérémie Béland_Kinésiologue_kinésithérapeute_naturothérapeute_Spécialiste Santé
Jérémie Béland, B.Sc. DESS FLT PN
Kinésiologue, Kinésithérapeute, Naturothérapeute
Spécialiste en thérapie des blessures et des douleurs

 

Voici en rafale, quelques citations de certains thérapeutes rapportés par nos clients dans nos bureaux et les explications de pourquoi ce sont des aberrances.

J’ai le dos rond parce que mes pectoraux sont trop forts

La semi-logique :

En y prêtant peu attention, cela semble logique à première vue. Si mon pectoral, à l’avant, est plus fort que mes dorsaux, à l’arrière, il va tirer davantage mes épaules vers l’avant. C’est ce qui fait qu’on se retrouve avec cette posture.

Le problème :

Ce qui ne fonctionne pas dans cette logique, c’est que lorsque se tient debout normalement, il n’est pas question de force. Vous êtes « relax », pas en train de vous entraîner seulement en vous tenant debout.

Il serait plus juste de dire que les pectoraux sont plus « raccourcis » que les dorsaux. Toutefois, la question ultime est de se demander pourquoi. Savoir bien y répondre est une toute autre paire de manche. Il faut corriger la cause qui amène ses tensions où cette posture.

J’ai mal au dos, car j’ai une hernie discale

La semi-logique :

Effectivement, je dois donner une partie des points à ce commentaire. Il se peut réellement qu’une hernie discale appuie sur un nerf ou qu’elle crée une zone inflammatoire qui irrite les structures.

Le problème :

Toutefois, ce qu’il me semble, c’est que le lien de cause à effet semble ne pas toujours être présent. Il y a en effet une grande partie des gens qui peuvent avoir une hernie discale asymptomatique, c’est-à-dire sans douleur due à cette hernie. Cela peut être de 20% à 35% des gens1. Il se peut donc que la hernie était déjà présente, sans douleur, et que ce soit une cause différente qui provoque la douleur au dos qui est serait ressentie plus tard.

Je fais des redressements assis pour diminuer mes maux de dos

La semi-logique :

Les abdominaux sont importants dans la stabilisation du tronc. Faire des redressements assis contribue donc à diminuer les douleurs au dos puisque cela augmente la stabilité du tronc.

Le problème :

Si le but est de stabiliser le tronc, pourquoi faire des mouvements en flexion du tronc pour renforcer les abdominaux. Selon le Dr. Stuart McGill, une sommité mondiale au niveau des douleurs lombaires, il serait préférable de travailler des exercices de stabilisation, où on fait forcer les abdominaux sans mouvement du tronc. Cela favorise donc réellement une stabilisation et non le mouvement du tronc qui crée davantage de stress au niveau des vertèbres. De plus, l’ensemble du tronc est à travailler lors de la stabilisation et non seulement les abdominaux.

Mon surplus de poids ne change rien dans mes douleurs aux épaules

La semi-logique :

Effectivement, la thérapie manuelle, les appareils de traitements (laser, ultrason, shockwave, etc.) peuvent avoir leurs bénéfices dans certains cas et avoir de bons résultats. Or, pour optimiser les résultats, il faut aussi optimiser tous les systèmes du corps. Pensez-y, toutes les douleurs / blessures finissant par « -ite » signifient qu’il y a de l’inflammation : tendinite, capsulite, bursite, épicondylite, arthrite, etc.

Le problème :

L’inflammation systémique supérieure dû à un gros surplus de poids augmente les facteurs inflammatoires sanguins et peut dégrader davantage les tissus. Cela n’encourage pas du tout la guérison. Même lorsqu’une opération est nécessaire, il a été démontré que les opérations qui ne connaissent pas de succès au niveau de la coiffe des rotateurs sont souvent reliées à des molécules inflammatoires2.

Référence :