Le café est-il bon ou mauvais pour la santé?

café_santé_coeur_nutrition_perte de poids_bénéfice

Écrit par

entraineur-alexandre labelle - kinésiologue - nutrition
Alexandre Labelle B.Sc.

Si vous lisez ceci, vous êtes probablement un buveur de café. Vous avez peut-être même déjà entendu des avertissements par rapport aux effets néfaste que peut avoir le café sur la santé. Ou peut-être au contraire avez-vous entendu des commentaires sur les effets positifs. Bref qu’en est-il vraiment ? Est-ce que cette boisson vous apporte des bienfaits ou vous nuit-elle ? C’est ce que nous tenterons de démystifier aujourd’hui.

Le café est probablement le breuvage le plus controversé de l’histoire. Le café est d’ailleurs le 2e breuvage le plus consommé au monde, après l’eau.

90% des adultes Nord-Américains consomment de la caféine, une des composantes principales du café. La caféine est la drogue, faisant partie des stimulants psychotropes, la plus consommée au monde et peut entraîner des dépendances.

Tristement, le café est aussi la source numéro 1 d’antioxydants dans notre alimentation, ce qui implique une consommation très basse de végétaux.

Voyons voir de plus près !

La génétique et le café

café_tasse_sourire_santé_nutrition
Tout d’abord, il est important de savoir que la tolérance à la caféine est grandement due à la génétique. En effet, le métabolisme du café est déterminé par un gène et c’est pourquoi chaque personne va ressentir des effets différents lorsqu’il consomme un café.

Pour certains, une tasse de café va les allumer pour 8 heures et va les faire sauter partout, alors que pour d’autres prendre 8 tasses de triple expresso n’aura aucun effet et ils pourront s’endormir 10 minutes après.

Il faut donc traiter chaque personne différemment lorsqu’il est question de café.

Certaines personnes vont « métaboliser rapidement » la caféine, alors que d’autre vont la « métaboliser lentement ». Tout dépend de votre génétique. Environ 50% des gens seraient des « métaboliseurs rapides » et 50% seraient des « métaboliseurs lent ».

  • Les « métaboliseurs rapides » ont une bonne tolérance à la caféine et vont avoir des effets bénéfiques de celle-ci.
  • Les « métaboliseurs lents » vont tendance à être affecter fortement par la caféine et vont tendance à en ressentir les effets négatifs. Ces derniers devraient éviter le café.

Si vous avez une fatigue adrénale ou une dépression par exemple, vous devriez probablement ne pas consommer de café.

Si vous avez des palpitations cardiaques ou d’autres symptômes désagréables lorsque vous buvez du café, vous ne devriez probablement pas en boire.

Si vous ne pouvez pas aller à la selle sans votre café, vous devriez probablement ne pas en boire.

À la base, vous devriez tout simplement couper votre café et voir ce qui se passe et si tout va bien le réintroduire plus tard.

Les risques pour la santé du café

café_risques_santé_nutrition_danger

Dépendance

Le café, comme toute drogue psychotrope, peut créer une dépendance. Si vous avez besoin de votre café pour vous réveiller le matin, pour être de bonne humeur ou pour bien fonctionner, vous avez une dépendance au café.

Si vous avez des symptômes de sevrage, comme des maux de tête, de la fatigue, de l’irritabilité ou de la constipation, vous avez une dépendance biologique.

Il y a donc de bonne chance pour que vos hormones de stress soient débalancées.

Essayez donc de passer 2 ou 3 semaines sans prendre une goutte de café et vous saurez si vous avez une addiction !

 

Hormones et neurotransmetteurs

Le café va avoir des effets sur plusieurs hormones et neurotransmetteurs comme le cortisol, l’acétylcholine et l’insuline. La relation entre la caféine et ces hormones et neurotransmetteurs est complexe et peut varier selon la quantité, le moment et plusieurs autres facteurs.

La consommation de café a tendance à augmenter les niveaux de cortisol, l’hormone du stress et ainsi l’insuline et l’inflammation. Cependant, si vous prenez un café en tenant compte des niveaux normaux de cortisol, c’est-à-dire entre 6h00 et 10h00 du matin, vous devriez être correct puisque vos niveaux sont censés être élevés à ces moments.

Cependant, il est déconseillé de prendre du café en après-midi et surtout dépassé 14h00 car on interfère avec le cycle naturel de cortisol et de mélatonine, pouvant engendrer des problème de sommeil entres-autres.

Interactions

Le café peut avoir des interactions avec plusieurs médications, entres autres certains antidépresseurs et médications pour la thyroïde, et avec les processus de détoxification du foie, ce qui peut donc être dangereux pour la santé.

Coupeur de faim

Certaines personnes vont utiliser le café pour couper leur faim et ainsi éviter de manger de la vraie nourriture. Ce n’est pas une bonne habitude à prendre et ça entraînera probablement plus de dommage au corps et à la santé que la possible perte de poids rapide mais brève que cela peut engendrer.

Il est préférable de manger plus régulièrement et de ne pas ignorer la faim afin d’éviter les hypoglycémies. Avoir des collations comme une source de protéine de qualité, de noix, des légumes et des fruits à la portée de la main est une bonne idée.

Carence en minéraux

Un excrétion urinaire accrue de certains minéraux, dont le calcium, le magnésium et le potassium a été observé chez les personnes consommant de café. Des débalancements électrolytiques peuvent amener plusieurs problèmes systémiques.

De plus, les personnes consommant du café tendent à avoir des niveaux plus bas de magnésium puisque le café inhibe l’absorption de celui-ci.

Mauvaise digestion et acidité

L’acidité du café peut causer des problèmes gastro-intestinaux comme des reflux gastriques, des indigestions ou des dysbioses intestinales. De plus, le café aurait tendance à acidifier le corps, ce qui peut entraîner des problèmes de santé.

Problèmes de santé autres et métabolisme

Certains autres problèmes de santé ont été observés et pourraient être attribuables aux gens tolérants moins bien la caféine, les « métaboliseurs lents », surtout en grande consommation.

  • Risque accrue de fausse couche
  • Perturbation du sommeil
  • Symptômes accrus du syndrome prémenstruel
  • Élévation de la tension artérielle
  • Infarctus du myocarde

Toxicité et pesticides

Les plants de café sont parmi les cultures les plus arrosés de pesticides, ce qui peut amener des problèmes de santé. Heureusement, c’est l’extérieur, le fruit recouvrant de grain, qui reçoit le pesticide, alors l’exposition du grain en tant que tel est beaucoup amoindri. De plus, la torréfaction va détruire la majorité des résidus de pesticides.

Si vous faites attention aux pesticides, optez pour les plants de café cultivés de façon biologique.

Les effets bénéfiques du café

café_grains_coeur_santé_nutrition

Santé du foie

Dans une étude récente, les chercheurs ont remarqué des améliorations chez les souris ayant une stéatose hépatique non alcoolique (cirrhose du foie ou foie gras) et de l’hypercholestérolémie lorsqu’elles ont consommées du café. Il y aurait aussi une amélioration au niveau de la perméabilité intestinale et de l’intestin poreux.

Congnition

Plusieurs études tendent à démontrer que la caféine augmente l’état d’alerte mentale, les facultés cognitives et la mémoire. Il y a même une étude qui montre une amélioration significative dans des tests cognitifs chez les femmes âgées au-dessus de 80 ans, qui ont consommée du café de façon régulière tout au long de leur vie.

Énergie et performance

La caféine peut aussi réduire la fatigue perçue et augmenter le niveau d’énergie, ce qui peut permettre de mieux performer. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle elle est beaucoup utilisée dans le monde de l’entraînement. Ensuite, la caféine aide à augmenter le métabolisme, pouvant amener des résultats plus rapide au niveau de la perte de gras par exemple.

Parkinson et Alzheimer

Le café peut aussi aider à prévenir le développement de la maladie de Parkinson via son action sur le gène GRIN2A. En interférant avec un mécanisme au niveau de récepteur de glutamate, le café aurait donc des propriétés protectrices contre le Parkinson. Cependant seulement environ 25% de la population serait porteur de ce gène.

Dans une autre étude, les chercheurs ont trouvé que le café avait des effets neuroprotecteurs chez les personnes atteintes de la maladie de l’Alzheimer et pourrait aider à prévenir l’apparition de la maladie. Ils ont trouvé que les effets sont présents chez les personnes qui boivent environs 3 tasses par jour, mais disparaissent dès la 4e tasse. De plus, les effets seraient dus à une combinaison des composés du café et de la caféine puisque le café décaféiné et la caféine seule n’avaient pas ces effets.

Cancer, maladies cardiovasculaires et diabète de type 2

Plusieurs études semblent aussi indiquer des effets protecteurs contre certains types de cancers, le développement de maladies coronariennes et le développement du diabète de type 2.

La déshydratation

Bien que plusieurs pensent que le café est un puissant diurétique qui va les déshydrater, plusieurs études ont montré qu’une consommation de caféine pouvant allé jusqu’à 550mg par jour, ne cause pas de débalancement des fluides et des électrolytes chez les athlètes et les gens s’adonnant à la musculation.

La consommation d’un breuvage contenant de la caféine n’entraînerait pas de pertes de fluides plus grandes que le volume de fluide consommé. Donc si vous consommez une tasse de café, vous devriez uriner une tasse de fluide. Il n’y a donc pas de déshydratation.

Il faut cependant faire attention à maintenir une hydratation optimale via la consommation d’eau, car le café de compte pas dans votre apport en fluide de la journée car il ne vous hydrate pas non plus!

Recommandations

café_tasse_perte de poids_nutrition_santé

Le café n’est pas bon pour la santé pour tout le monde, mais si vous le toléré bien, il peut y avoir plusieurs bénéfices pour la santé dont :

  • Moins de risque de diabète
  • Meilleure santé cardiovasculaire
  • Meilleure santé neurologique
  • Augmentation de l’énergie
  • Augmentation du métabolisme
  • Augmentation de la performance

Cependant, plusieurs études sont épidémiologiques, c’est-à-dire qu’elles font le lien entre la consommation de café et les personnes mais qu’il n’y a pas d’association directe entre le café et les bénéfices ou risques supposés.

En général, boire un peu de café semble être bon mais en boire plus, pas nécessairement.

Il est donc préférable de s’en tenir à 1 à 3 tasses par jour, et on ne parle pas du grand format chez Tim Horton ici mais bien de 1 à 3 réelles tasses de café.

Si vous êtes un « métaboliseurs lents » vous devriez diminuer votre consommation de café et même l’éviter tout simplement.

Idéalement vous devriez boire votre café noir, puisque plusieurs des effets bénéfiques de celui-ci sont associé aux antioxydants contenus dans le café, qui sont moins présents lorsque vous ajouter du lait ou du sucre. De plus, vous rajouter des calories inutiles et des composés chimiques qui ne sont pas nécessairement bon pour la santé.

Essayez de passer 2-3 semaines sans café pour voir si vous avez une dépendance!

Les cafés avec du ganoderma sont une belle option, car ce champignon améliore le pH du café et lui confère d’autres propriétés bonnes pour la santé.

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonne dégustation!!!

Vous avez aimer? faites nous-le savoir en cliquant le bouton j’aime ou partager, directement ici ou sur notre page facebook!!!

Référence

Freedman N, et al.  Association of Coffee Drinking with Total and Cause-Specific Mortality.  N Engl J Med 2012; 366:1891-1904

Hamza TH, et al.  Genome-wide gene-environment study identifies glutamate receptor gene GRIN2A as a Parkinson’s disease modifier gene via interaction with coffee.  PLoS Genet. 2011 Aug;7(8):e1002237.

Gavrieli A, et al.  Caffeinated coffee does not acutely affect energy intake, appetite, or inflammation but prevents serum cortisol concentrations from falling in healthy men.  J Nutr. 2011 Apr 1;141(4):703-7.

Cornelis MC, et al. Coffee, CYP1A2 Genotype, and Risk of Myocardial Infarction. JAMA. 2006;295(10):1135-1141

Wisborg K, et al. Maternal consumption of coffee during pregnancy and stillbirth and infant death in first year of life: prospective study. BMJ. 2003 326 (7386): 420.

Richelle M, et al. Comparison of the Antioxidant Activity of Commonly Consumed Polyphenolic Beverages (Coffee, Cocoa, and Tea) Prepared per Cup Serving. J. Agric. Food Chem., 2001, 49 (7), pp 3438–3442

Webster Ross G, et al. Association of Coffee and Caffeine Intake With the Risk of Parkinson Disease.  JAMA. May 24, 2000, 283:20

Hancock DB, et al. Smoking, Caffeine, and Nonsteroidal Anti-inflammatory Drugs in Families With Parkinson Disease. Arch Neurol. 2007;64(4):576-580.

Klatsky AL, et al. Coffee, Cirrhosis, and Transaminase Enzymes. Arch Intern Med. 2006;166:1190-1195.

van Dam RM, Hu FB. Coffee consumption and risk of type 2 diabetes: a systematic review.  JAMA. 2005 Jul 6;294(1):97-104.

Tavani, A, et al. Coffee and tea intake and risk of oral, pharyngeal and esophageal cancer. Oral Oncol. 2003 39 (7): 695-700.

Ganmaa D, Willett WC, Li TY, et al. Coffee, tea, caffeine and risk of breast cancer: a 22-year follow-up. Int  J Cancer 2008 122 (9): 2071-6.

Nkondjock A. Coffee consumption and the risk of cancer: an overview. Cancer Lett. 2009 May 18;277(2):121-5.

Arab L. Epidemiologic evidence on coffee and cancer. Nutr Cancer. 2010;62(3):271-83.

Somoza V, et al. Activity-Guided Identification of a Chemopreventive Compound in Coffee Beverage Using in Vitro and in Vivo Techniques. J Agric Food Chem. 2003 51 (23), pp 6861–6869

American Association for Cancer Research Frontiers in Cancer Prevention Research Conference, Houston, Dec. 6-8, 2009.

Jarvis MJ. Does caffeine intake enhance absolute levels of cognitive performance? Psychopharmacology. 2 December 2005, 110:1-2, 45-52.

Johnson-Kozlow M, et al. Coffee Consumption and Cognitive Function among Older Adults. Am JEpidemiol 2002; 156:842-850

Koizumi A, Mineharu Y, Wada Y, Iso H et al. Coffee, green tea, black tea and oolong tea consumption and risk of mortality from cardiovascular disease in Japanese men and women. Journal of Epidemiology and Community Health 2011 65: 230-240.

Armstrong LE. Caffeine, body fluid-electrolyte balance, and exercise performance. Int J Sport Nutr Exer Metab. 2002 Jun;12(2):189-206.

Maughan RJ, Griffin J. Caffeine ingestion and fluid balance: a reviewJ Hum Nutr Diet. 2003 16(6):411–420.

Eskelinen MH, et al. Midlife Coffee and Tea Drinking and the Risk of Late-Life Dementia: A Population-Based CAIDE Study. J Alzheimers Dis. January 2009. 16(1);85-91

Cao C, et al. Caffeine suppresses amyloid-beta levels in plasma and brain of Alzheimer’s disease transgenic mice. J Alzheimers Dis. 2009;17(3):681-97.

Morisco F et al. Coffee and liver health. J Clin Gastroenterol. 2014 Nov-Dec;48 Suppl 1:S87-90. doi: 10.1097/MCG.0000000000000240.

van Dam RM. Coffee consumption and risk of type 2 diabetes, cardiovascular diseases, and cancer. Appl Physiol Nutr Metab. 2008 Dec;33(6):1269-83. doi: 10.1139/H08-120.

Johnson-Kozlow M et al. Coffee consumption and cognitive function among older adults. Am J Epidemiol. 2002 Nov 1;156(9):842-50.

Taye H. Hamza et al. Glutamate Receptor Gene GRIN2A, Coffee, and Parkinson Disease, PLoS Genet. 2014 Nov; 10(11): e1004774.

Cao C. et al. High Blood caffeine levels in MCI linked to lack of progression to dementia. J Alzheimers Dis. 2012;30(3):559-72. doi: 10.3233/JAD-2012-111781.