Pourquoi manger du chocolat tous les jours est bon pour la santé

nutrition-fraise-chocolat-magnésium-cacao

entraineur-alexandre labelle - kinésiologue - nutrition

Écrit par
Alexandre Labelle, B.Sc. FLT HLC1

Le chocolat et son histoire

Le chocolat est produit à partir des fèves du cacaotier, aussi appeler cacaoyer, un arbre qui ne pousse que dans les régions tropicales (ex : caraïbes, Indonésie, Afrique, Amérique Centrale). Le chocolat est originaire du Mexique où les Mayas, les Incas et les Aztèques cultivaient le cacaoyer. L’arbre, de son nom scientifique, se nomme le théobroma, qui vient du grec Théo (dieu) et broma (breuvage).

On peut retracer l’utilisation du cacao jusqu’à 900 ans av. J-C. dans l’histoire des Mayas et des Aztèques. Ils broyaient les graines et les dissolvaient dans l’eau avec de la vanille, du poivre et de la cannelle.

Saviez-vous que selon la mythologie, le cacao est apparu suite au sacrifice d’une princesse aztèque. Celle-ci aurait perdu la vie face à ses ennemies afin de ne pas leur divulguer les richesses  de son royaume. De son sang serait aurait poussé la plante de cacao.

Une deuxième version veut que ce soit le dieu Quetzalcoatl qui serait venu sur terre sur des rayons de lumière de l’étoile du matin, amenant avec lui le cacaoyer. Il aurait appris aux humains à le torréfier et à le moudre pour en obtenir une pâte soluble dans l’eau. Avec un ajout d’épices, les Aztèques croyaient que ce breuvage leur conférait le savoir universel et la sagesse.

Ce breuvage des dieux n’était consommé que dans des occasions spéciales et les fèves de cacao étaient même utilisées comme monnaie.

Sa cultivation

Le cacaotier, qui peut vivre jusqu’à 40 ans, va produire des baies, que l’on nomme cabosses, qui ressemblent à de petits et longs ballons de football. Ces cabosses peuvent peser environ 400g et mesurent entre 15 et 20cm de long. Ces cabosses ont la particularité de non seulement pousser sur les branches, mais aussi directement sur le tronc de l’arbre. Un arbre peut produire environ 150 cabosses par an et chaque cabosse requiert de 5 à 7 mois pour atteindre la maturation. Ces cabosses sont cueillies à la main et à la machette.

cabosses 2 Cacao-pod-k4636-14

Chaque cabosse contient de 25 à 75 graines, qui sont regroupées en épis que l’on appelle fèves de cacao. Ces graines sont fermentées pendant 3 à 7 jours puis torréfiées pour pouvoir faire du cacao et du chocolat.

Une fois torréfiées, les graines sont craquées, ce qui donne des éclats que l’on appelle grués de cacao (« nibs » en anglais), composés à 47% de solides de cacao et à 53% de beurre de cacao.

Le beurre de cacao est la principale source de gras du cacao. Le solide de cacao va être mis en poudre (poudre de cacao).

Avec les grués de cacao, il est possible de les moudre afin d’obtenir une pâte ressemblant à du beurre de noix. Cette pâte se nomme liqueur de chocolat et est non alcoolisée. Cette pâte peut se faire presser par la suite.

Les sortes de chocolat

Chocolat non sucré

Fait à 100% de liqueur de cacao et très amer.

Chocolat mi-sucré, noir

Le chocolat noir doit contenir au moins 35% de solides de cacao et n’est pas obligé de contenir de la poudre de lait. Le chocolat mi-sucré est très semblable, mais va varier selon son contenu en sucre.

Chocolat au lait

Contient au moins 10% de liqueur de chocolat et 12% de solides de lait. Contient plus de sucre que le chocolat mi-sucré.

Chocolat blanc

Fait à partir de beurre de cacao, de sucre et de saveurs. Ce n’est pas vraiment du chocolat.

Poudre de cacao

La poudre de cacao est non sucrée. C’est le produit de la mise en poudre du beurre de cacao une fois qu’il a été séparé de la liqueur de cacao.

Il existe 2 procédés pour faire de la poudre de cacao; la traditionnelle et la méthode hollandaise. La poudre qui vient de la méthode hollandaise est alcalinisée afin de neutraliser l’acidité du cacao. À moins de cuisiner avec du bicarbonate de soude, il est préférable d’utiliser la poudre de la méthode hollandaise.

Propriétés et nutriments

Le cacao contient plusieurs nutriments avec des caractéristiques intéressantes. Vous avez surement déjà entendu parler des effets aphrodisiaques du chocolat ou encore des effets stimulants de celui-ci. Nous verrons plus en détails de quoi il en va.

Nutriments

étiquette cacao

Le cacao est une bonne source de gras, principalement de gras saturés, de protéines et de fibres. De plus, 38% des glucides restants sont de l’amidon et non du sucre, contrairement à un chocolat raffiné.

C’est aussi une excellente source de fer, de magnésium, de manganèse, de potassium, de zinc, de cuivre et de phosphore. Ces minéraux sont très importants et sont souvent en carence dans la population. Par exemple :

 

 

Le magnésium est très important dans le corps humain puisqu’il participe à plus de 300 réactions chimiques. La plupart des gens en sont malheureusement en carence. Pour en savoir plus sur celui-ci, lisez l’article : Le magnésium

Le fer aussi est très important et souvent les femmes et les végétariens en sont déficients.

Antioxydants

Finalement, le cacao est riche en polyphénols qui ont plusieurs effets bénéfiques sur la santé. Le plus connu et étudié de tous est sans doute la théobromine. Le cacao est aussi une des sources les plus concentrées d’antioxydants appelés flavonoïdes. Les flavonoïdes ont un goût amer et en rajoutant du sucre pour adoucir le goût, on diminue leur absorption.

antioxidant-capacity-selected-foods

Gras saturé

Bien que le cacao soit riche en gras saturé, c’est une variété particulière que l’on appelle acide stéarique. Une fois consommée, la majorité de l’acide stéarique se transforme en acides gras mono-insaturés. Il y a donc peu d’effets sur la concentration de lipides sanguins.

Effets sur la santé

Stimulant

La caféine est un stimulant psychotrope que l’on retrouve dans le cacao. Selon l’USDA, dans 1 tasse (86 g) de poudre de cacao non sucré, on retrouve 190mg de caféine.

La caféine, si consommée avec modération peut apporter plusieurs bénéfices pour la santé. Par exemple, elle peut réduire le risque de développer la maladie de Parkinson, de diabète de type 2, de divers types de cancers et de plusieurs autres maladies.

La caféine est aussi reconnue pour son effet stimulant sur le système nerveux central, donnant un sentiment d’alerte et d’éveil. Elle va augmenter le rythme cardiaque et peut donc ainsi aider à améliorer les performances sportives dans certains cas.

Il faut cependant faire attention dans certains cas, car il fait aussi augmenter le cortisol, une hormone associée au stress et peut provoquer des problèmes de santé si consommée en trop grande quantité ou de façon inadéquate.

La théobromine est un stimulant qui est un précurseur de la caféine. Il est intéressant de noter que la théobromine a des effets moins importants que la caféine sur le système nerveux central et qu’elle stimulerait plus le cœur.

Comme tous les stimulants, une surconsommation peut causer l’insomnie, de l’anxiété, des tremblements, des nausées et autres symptômes associés à une surstimulation du système nerveux.

Aphrodisiaque

L’effet aphrodisiaque attribué au chocolat viendrait en partie de la théobromine, un polyphénol alcaloïde que l’on retrouve dans le cacao.

Cardioprotecteur

Comme mentionné plus haut, la théobromine est un stimulant qui augmente le rythme cardiaque. Il augmente aussi la vasodilatation, réduisant ainsi la pression artérielle.

La théobromine pourrait être utilisée pour le traitement de plusieurs maladies cardiovasculaires comme l’angine, la haute pression, l’athérosclérose selon le « The American Journal of Clinical Nutrition ».

Les flavonoïdes ont été démontrés comme étant anti-inflammatoires en régulant la production de modulation de l’inflammation. C’est une des raisons pour laquelle le cacao peut améliorer la santé cardiovasculaire.

Protection contre le diabète

Les polyphénols, la théobromine et le magnésium contenu dans le cacao pourraient aider à prévenir le diabète en aidant à réguler la glycémie.

De plus, l’extrait de procyanidine contenu dans la liqueur de cacao pourrait augmenter la sensibilité à l’insuline et l’utilisation du glucose sanguin par les muscles, aidant ainsi à prévenir le diabète de type 2 et à mieux gérer son taux de sucre sanguin.

Anti-tousseur / asthme

La théobromine serait aussi très efficace comme anti-tousseur (réduisant la toux) et certaines études concluent même que son effet serait supérieur à de la codéine en réduisant l’activité du nerf vague (pneumogastrique ou parasympathique).

Ses effets sont étudiés pour traiter l’asthme puisqu’il a un puissant effet relaxant sur les muscles lisses, incluant les bronches.

Il est intéressant de voir son effet relaxant au niveau musculaire, opposé à son effet stimulant du système nerveux.

Améliorer l’humeur et la concentration – neuroprotecteur

Les différents stimulants sont connus afin de pouvoir améliorer la concentration.

Mais le cacao est aussi riche en tryptophane, un précurseur de la sérotonine, qui est un neurotransmetteur associé au bien-être. C’est une des raisons expliquant son effet positif sur l’humeur.

De plus, les polyphénols contenus dans le cacao auraient des propriétés neuro-protectrices et ainsi, manger du chocolat pourrait aider à prévenir l’Alzheimer et le Parkinson.

Diurétique

La théobromine contenue dans le cacao a des effets diurétiques sur le corps humain.

Protection dentaire

Certaines études montrent que la théobromine dans le cacao pourrait aider à prévenir la carie dentaire et serait même plus efficace que le fluorure. De plus la théobromine peut être ingérée sans danger contrairement au fluorure.

Relaxant du système musculaire et nerveux

Étonnamment, le cacao a aussi des effets relaxants sur le système musculaire et nerveux, principalement en raison de sa haute concentration de magnésium, un minéral puissant qui joue un rôle dans plus de 300 réactions dans le corps humain.

La plupart des gens sont malheureusement déficients en magnésium et c’est pourquoi le chocolat peut être un moyen intéressant d’aller en avoir un apport quotidien.

Dépendance

Les stimulants contenus dans le cacao peuvent entraîner une légère dépendance.

De plus, parce que ça goûte bon, le chocolat peut créer une réaction émotive positive et un sentiment d’amour via une forte libération d’endorphine.

Les personnes qui ont une dépendance au chocolat pourraient avoir un niveau de sérotonine bas. Vouloir manger des aliments riches en glucides serait logique chez ces personnes puisque manger des aliments à haute teneur en glucides peut provoquer la production de sérotonine.

C’est pour cette même raison que les femmes peuvent avoir des rages de chocolat quelques jours avant leur période, puisqu’à ce moment du cycle, le niveau de sérotonine est plus bas.

Un faible niveau de sérotonine pourrait aussi être dû à un manque de stimulation dans les différentes sphères de la vie. Faire des choses qui stimulent la production d’endorphines comme de l’exercice, de la méditation, du massage, de la pensée positive, de l’humour et un sens d’accomplissement au travail pourrait aider à diminuer les rages de chocolat.

Recommandations

Manger du chocolat pourrait avoir des effets positifs sur la santé et spécialement si ça remplace quelque chose de moins nutritif.

Il faut cependant faire attention, on parle ici de vrai chocolat, riche en cacao, pas du chocolat au lait, chocolat blanc ou de barre de friandise comme les kitkats.

Il faut choisir un chocolat avec un haut pourcentage en cacao. Une vraie bonne barre de chocolat devrait avoir seulement 2 ingrédients, du cacao et du beurre de cacao.

Du vrai chocolat n’a quasiment pas de sucre, est riche en fibre et en gras et extrêmement riche en antioxydants.

Regarder pour du chocolat contenant au moins 85% de cacao. Le plus haut, le mieux.

Faites tout de même attention, car le chocolat est riche en calories et devrait donc être consommé avec modération. De plus, la plupart des marques vont contenir un peu de sucre, donc regarder si ça convient avec votre stratégie alimentaire Spécialiste Santé et, quand vous pouvez en manger.

 

Références

  1. http://nutritiondata.self.com/facts/sweets/5471/2
  2. Boekema PJ., Coffee and gastrointestinal function: facts and fiction. A review. Scand J Gastroenterol Suppl.1999;230:35-9.
  3. Benford R & Gough B. Defining and defending ‘unhealthy’ practices: a discourse analysis of chocolate ‘addicts’ accounts. J Health Psychol 2006;11:427-440.
  4. Crews WD Jr, et al. A double-blind, placebo-controlled, randomized trial of the effects of dark chocolate and cocoa on variables associated with neuropsychological functioning and cardiovascular health: clinical findings from a sample of healthy, cognitively intact older adults. Am J Clin Nutr 2008;87:872-880.
  5. Dallard I, et al. Is cocoa a psychotropic drug? Psychopathologic study of a population of subjects self-identified as chocolate addicts. Encephale 2001;27:181-186.
  6. Hamed MS, et al. Dark chocolate effect on platelet activity, C-reactive protein and lipid profile: a pilot study. South Med J 2008;101:1203-1208.
  7. Lee KW, et al. Cocoa has more phenolic phytochemicals and a higher antioxidant capacity than teas and red wine. J Agric Food Chem 2003;51:7292-7295.
  8. Lippi G, et al. Dark chocolate: consumption for pleasure or therapy? J Thromb Thrombolysis 2008. Sept 23 [Epub ahead of print].
  9. McQuillan S. Breaking the bonds of food addiction. Psychology Today: Here To Help. 2004. Penguin Group.
  10. McShea A, et al. Clinical benefit and preservation of flavanols in dark chocolate manufacturing. Nutr Rev 2008;66:630-641.
  11. Noble, M. Viva Chocolate. 2008. Rio Nuevo Publishers.
  12. Nurk E, et al. Intake of flavonoid-rich wine, tea and chocolate by elderly men and women is associated with better cognitive test performance. J Nutr 2008. Dec 3 [Epub ahead of print].
  13. Selmi C, et al. Chocolate at heart: the anti-inflammatory impact of cocoa flavanols. Mol Nutr Food Res 2008;52:1340-1348.
  14. Taubert D, et al. Effect of cocoa and tea intake on blood pressure. A meta-analysis. Arch Intern Med 2007;167:626-634.
  15. J Cell Biochem.2013 Oct;114(10):2209-20. doi: 10.1002/jcb.24548.
  16.  Cimini A et al. Cocoa powder triggers neuroprotective and preventive effects in a human Alzheimer’s disease model by modulating BDNF signaling pathway. J Cell Biochem. 2013 Oct; 114(10):2209-20. doi: 10.1002/jcb.24548.
  17. Rodríguez-Ramiro I et al. Cocoa polyphenols prevent inflammation in the colon of azoxymethane-treated rats and in TNF-α-stimulated Caco-2 cells. Br J Nutr. 2013 Jul 28;110(2):206-15. doi: 10.1017/S0007114512004862. Epub 2012 Nov 28
  18.  Nehlig, A., Daval, J., and Debry, G. (1992). “Caffeine and the central nervous system: mechanisms of action, biochemical, metabolic, and psychostimulant effects”. Brain Research Reviews 17 (2): 139–170. doi:10.1016/0165-0173(92)90012-B.PMID 1356551.
  19. Milliron T, Kelsberg G, St Anna L (June 2010). “Clinical inquiries. Does chocolate have cardiovascular benefits?” (PDF). J Fam Pract (Review) 59 (6): 351–2.PMID 20544068.
  20. Sudano I, Flammer AJ, Roas S et al. (August 2012). “Cocoa, blood pressure, and vascular function”. Curr. Hypertens. Rep. (Review) 14 (4): 279–84. doi:1007/s11906-012-0281-8PMID22684995. In the last ten years many research studies confirmed that cocoa does indeed exert beneficial effects on vascular and platelet function.
  21.  “Heart-Health Benefits of Chocolate Unveiled”Cleveland Clinic Miller Family Heart & Vascular Institute (update February 2010). Retrieved 4 September 2010.
  22. Kondo, K; Hirano, R; Matsumoto, A; Igarashi, O; Itakura, H. (1996). “Inhibition of LDL oxidation by cocoa”. Lancet 348 (9040): 1514. doi:10.1016/S0140-6736(05)65927-2.PMID 8942794.
  1. Smit HJ (2011). “Theobromine and the pharmacology of cocoa”. Handb Exp Pharmacol200 (200): 201–34. doi:1007/978-3-642-13443-2_7PMID20859797.
  2. Kargul B, Özcan M, Peker S, Nakamoto T, Simmons WB, Falster AU (2012). “Evaluation of human enamel surfaces treated with theobromine: a pilot study”. Oral Health & Preventive Dentistry 10 (3): 275–82. PMID23094271.
  3. Slattery, Martha L.; West, Dee W. (1993). “Smoking, alcohol, coffee, tea, caffeine, and theobromine: risk of prostate cancer in Utah (United States)”. Cancer Causes Control4 (6): 559–63. doi:1007/BF00052432PMID 8280834.
  4. Giannandrea F (February 2009). “Correlation analysis of cocoa consumption data with worldwide incidence rates of testicular cancer and hypospadias”. Int J Environ Res Public Health 6 (2): 568–78. doi:3390/ijerph6020578PMC2672359PMID 19440400
  5. Yamashita et al. Cacao liquor procyanidin extract improves glucose tolerance by enhancing GLUT4 translocation and glucose uptake in skeleta muscle. Journal of Nutritional Science 11/2012; 1. DOI: 10.1017/jns.2012.2
  6. Papadimitriou A. et al. Increase in AMPK brought about by cocoa is renoprotective in experimental diabetes mellitus by reducing NOX4/TGFβ-1 signaling. J Nutr Biochem.2014 Jul;25(7):773-84. doi: 10.1016/j.jnutbio.2014.03.010. Epub 2014 Apr 2.
  7. Usmani OS. et al.Theobromine inhibits sensory nerve activation and cough. FASEB J.2005 Feb;19(2):231-3. Epub 2004 Nov 17.
  8. Judelson DA et al. Effects of theobromine and caffeine on mood and vigilance. J Clin Psychopharmacol.2013 Aug;33(4):499-506. doi: 10.1097/JCP.0b013e3182905d24.